Un glacier prend un coup de chaud

Tandis que la température a augmenté de 0,74 °C en moyenne mondiale dans les 100 dernières années (1905-2005), dans la même période elle a bondi de 1,5 °C en Suisse! Cela n'est pas sans conséquence pour les glaciers suisses, et ce n'est pas seulement «un» glacier qui prend un coup de chaud.

 

Les variations climatiques sont naturelles

Si l'on remonte dans l'histoire de la Terre, il apparaît que le climat de la Terre a toujours varié. Naturellement, périodes chaudes et périodes froides se succèdent. Les variations de température qui en découlent sont toujours perceptibles au niveau de l'extension glaciaire sur Terre. Il n'y a donc rien d'extraordinaire à ce que les glaciers avancent puis reculent de nouveau.

 

Les glaciations ont fait grandir les glaciers

Au cours des périodes glaciaires passées, le Grand glacier d'Aletsch rejoignait le glacier du Rhône. Ce dernier représentait alors la plus grosse masse glaciaire de tous les glaciers alpins et s'étendait à son maximum quasiment jusqu'à l'emplacement de Lyon en France.

 

3 kilomètres de plus il y a 150 ans

Depuis la fin de la dernière glaciation, appelée glaciation de Würm, il y a bien 10 000 ans, le grand glacier d'Aletsch recule. Le climat s'est réchauffé. Ce n'est toutefois qu'une tendance générale, il y a eu des retours réguliers de périodes plus froides, le petit âge glaciaire par exemple (du 15e au 19e siècle). A cette époque, le grand glacier d'Aletsch a de nouveau avancé légèrement pour atteindre son dernier maximum en 1860: plus de 3 kilomètres de longueur et 300 mètres d'épaisseur en plus qu'aujourd'hui.

 

Un recul accéléré

Depuis, il fond plus de glace qu'il n'en arrive des hautes altitudes: le Grand glacier d'Aletsch recule. D'abord lentement, mais de plus en plus rapidement désormais. Les données de l'EPF Zurich ont permis d'estimer que le glacier a perdu en longueur (données moyennes):

 

1870 - 2008:

moins 24 mètres

1970 - 2008:

moins 35 mètres

1993 - 2008:

moins 49 mètres

1998 - 2008:

moins 52 mètres


L'Homme modifie le climat

La vitesse croissante du recul témoigne du réchauffement climatique actuel. Contrairement aux périodes chaudes antérieures, celui-ci ne peut s'expliquer uniquement par des causes naturelles. Depuis environ 250 ans, l'Homme modifie toujours plus la composition de l'atmosphère par l'émission de gaz à effet de serre, amplifiant ainsi l'effet de serre naturel.

 

Conséquences à grande échelle

Températures plus élevées, régimes de précipitations modifiés, élévation du niveau des mers, perturbations des écosystèmes - l'espace vital de millions d'homme, d'animaux et de végétaux est menacé. Comme nous, les humains, sommes en partie à l'origine du problème, nous pouvons tous faire quelque chose pour combattre le réchauffement climatique, en adaptant notre comportement.